Archives de catégorie : Billets

première génération de La contrebande (1990-2000)

Cartographie de la bande dessinée alternative francophone (1990-2000)
Work in progress : cartographie de la bande dessinée alternative francophone, 1ère génération (1990-2000). Sont recensées exclusivement les structures ayant publié régulièrement leurs propres travaux ET ceux d’autres auteurs et dont les productions étaient/sont diffusées dans un nombre significatif de librairies (les fanzines stricto sensu sont exclus). Les dates indiquées correspondent aux premières publications, pas nécessairement à la création administrative des structures.

Alternative(s), parcours de formation et transmission

Mes lectures, la fréquentation d’auteurs et d’éditeurs et de premiers entretiens informels laissent apparaître le rapport souvent non académique que les acteurs de l’édition alternative en bande dessinée et des nouveaux territoires de l’art entretiennent avec le savoir et la transmission. Nombre d’entre eux – pas tous – semblent présenter des parcours personnels de formation plutôt atypiques au regard des responsabilités qu’ils peuvent assumer et des fonctions qu’ils peuvent incarner.

En parallèle des entretiens que je conduirai, et parce que la recherche-création s’appuie aussi sur une pratique personnelle, j’ai commencé à publier la série Autodidacte ! au sein du journal MLQ (Mon Lapin Quotidien). Cette tentative participe également d’un choix de réfléchir la bande dessinée EN bande dessinée.

En voici ci-dessous le premier épisode, paru dans le numéro 3.

De quoi écrire une thèse ?

En plus d’être un stimulateur, celui – familier au dessinateur de presse mais plus lointain à l’auteur de bande dessinée que je suis – de la deadline, ce carnet de recherche constitue donc (aussi) une forme de faire-part de naissance.

Oui, alors, pourquoi donc (re)prendre des études et entamer une thèse ?

Les raisons sont multiples – peut-être reviendrai-je plus tard à certaines d’entre elles. Observons cependant immédiatement les trois premières qui me viennent  à l’esprit :

1- mon goût prononcé de lecteur (ou d’écouteur) d’entretiens. Une discussion menée avec brio et simplicité entre un questionneur, fluide, qui laisse à peine entrevoir le boulot fourni en amont, se tait à bon escient ou rebondit sans peine, et un questionné, trié sur le volet bien sûr, qui, dévoilant différentes facettes de sa personnalité (foisonnante, analytique, timide, hilarante, percutante, gracieuse, précise, échevelée…), vous donne le sentiment de vous relever plus intelligent de votre fauteuil. Dans cette catégorie, je repense souvent à la série d’entretiens menée, dans les années 2000, pour la revue Jade, par Lionel Tran (accompagnée des photos de Valérie Berge) et intitulée Les 7 familles de la bande dessinée. Une thèse ne serait-elle pas, 15 ans après, une occasion en or pour en retrouver les différents protagonistes et poursuivre avec eux de passionnantes conversations ?

2- en 2007 paraît mon livre D’Algérie, qui m’a demandé presque 5 ans de travail et de recherches. “Tiens, me dis-je alors, outre la réputation de dépressif et d’alcoolique, l’auteur de bande dessinée ne partage-t-il pas parfois de troublantes similitudes avec le doctorant solitaire et opiniâtre ?”.

3- mes expériences éparses d’animateur, témoin, intervenant, formateur, chargé de cours (…) me confortent dans cette intuition : les espaces de la transmission ne sont-ils pas, pour l’auteur, un bel endroit  où s’articulent harmonieusement – chaos et surprises inclus – théorie et pratique ? La formalisation universitaire de ma recherche n’ouvrirait-elle pas adéquatement la possibilité d’un Projet Contrebande ? ?

Extrait : Les valseuses, de Bertrand Blier (1974).