De quoi écrire une thèse ?

En plus d’être un stimulateur, celui – familier au dessinateur de presse mais plus lointain à l’auteur de bande dessinée que je suis – de la deadline, ce carnet de recherche constitue donc (aussi) une forme de faire-part de naissance.

Oui, alors, pourquoi donc (re)prendre des études et entamer une thèse ?

Les raisons sont multiples – peut-être reviendrai-je plus tard à certaines d’entre elles. Observons cependant immédiatement les trois premières qui me viennent  à l’esprit :

1- mon goût prononcé de lecteur (ou d’écouteur) d’entretiens. Une discussion menée avec brio et simplicité entre un questionneur, fluide, qui laisse à peine entrevoir le boulot fourni en amont, se tait à bon escient ou rebondit sans peine, et un questionné, trié sur le volet bien sûr, qui, dévoilant différentes facettes de sa personnalité (foisonnante, analytique, timide, hilarante, percutante, gracieuse, précise, échevelée…), vous donne le sentiment de vous relever plus intelligent de votre fauteuil. Dans cette catégorie, je repense souvent à la série d’entretiens menée, dans les années 2000, pour la revue Jade, par Lionel Tran (accompagnée des photos de Valérie Berge) et intitulée Les 7 familles de la bande dessinée. Une thèse ne serait-elle pas, 15 ans après, une occasion en or pour en retrouver les différents protagonistes et poursuivre avec eux de passionnantes conversations ?

2- en 2007 paraît mon livre D’Algérie, qui m’a demandé presque 5 ans de travail et de recherches. “Tiens, me dis-je alors, outre la réputation de dépressif et d’alcoolique, l’auteur de bande dessinée ne partage-t-il pas parfois de troublantes similitudes avec le doctorant solitaire et opiniâtre ?”.

3- mes expériences éparses d’animateur, témoin, intervenant, formateur, chargé de cours (…) me confortent dans cette intuition : les espaces de la transmission ne sont-ils pas, pour l’auteur, un bel endroit  où s’articulent harmonieusement – chaos et surprises inclus – théorie et pratique ? La formalisation universitaire de ma recherche n’ouvrirait-elle pas adéquatement la possibilité d’un Projet Contrebande ? ?

Extrait : Les valseuses, de Bertrand Blier (1974).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.